www.nettime.org
Nettime mailing list archives

[nettime-fr] Avatarium: vivants, vibrants, libres...
/b/u/g/ on 3 Nov 2000 15:18:00 -0000


[Date Prev] [Date Next] [Thread Prev] [Thread Next] [Date Index] [Thread Index]

[nettime-fr] Avatarium: vivants, vibrants, libres...


Avatarium: vivants, vibrants, libres...
---------------------------------------
Entretien avec Agnès Crepet, Avataria



«Musiques vivantes et vibrantes, acteurs éclairés et impliqués, informatique
libre et solidaire et peut être, public curieux et ouvert réunis dans un
même avatarium...» Voici la passionnante hybridation culturelle que propose
le festival Avatarium les 17 et 18 novembres prochains à Saint-Etienne.
Rencontre avec une de ses animatrices.



-- Avataria organise cette année la seconde édition du festival Avatarium à
l'enseigne des alternatives en devenir dans les cultures modernes. Quel en
est le fil conducteur cette année?

€ La première expérience nous a donné l'envie de garder l'idée d'articuler
le festival autour de programmations musicales et d'espaces de réflexion.
Nous cherchons ainsi à donner la possibilité au public de se constituer une
base de réflexion autour de certaines émergences des cultures digitales
aussi bien au travers de discussions argumentées que de projections d'images
ou de sensations musicales festives. Comme une envie de dire: regroupons
nous, réflechissons et discutons ensemble, partageons nos savoirs mais
également vibrons et dansons tels des électrons libres, conscients et
incontrôlables. Nothing is true ...

-- Quel bilan avez-vous tiré du festival l'an dernier?

€ Ce fut le premier évènement proposé sous le label Avataria. Bilan
contrasté: organisation difficile, puisqu'un peu courte en temps et
fréquentation réduite du public pour certains espaces (en particulier le
forum associatif), déficit lourd à surmonter. La programmation musicale
n'était pas très facile d'accès, (pas de tête d'affiche, musiques nouvelles,
etc.). Par contre, le fait de proposer plusieurs espaces (rencontre, forum,
concerts) a, semble t-il, été bien recu par le public que l'on a retrouvé
sur d'autres rencontres qui ont suivi.

-- Mais revenons à la programmation de cette année. Il y a quelque chose de
"rare" dans cette sorte d'hybridation culturelle proposée par Avatarium
entre musiques électroniques et informatique libre, par exemple. Parle nous
un peu plus de vos choix pour cette année...

€ Le choix des groupes ne s'effectuent pas uniquement sur la dextérité et le
savoir-faire des artistes, mais aussi sur l'implication de chacun dans la
musique qu'ils propagent et surtout les cultures qu'ils contribuent à
représenter. Pour ce qui concerne, par exemple, le groupe Le Tigre, trois
filles le constituent: Kathleen Hannah, ex-chanteuse de Bikini-kill, goupe
punk new-yorkais du début des années 90, impliqué dans le label "Kill rock
stars" qui,comme son nom l'indique, a officié pendant plusieus années à
Londres, en essayant de produire des groupes ayant une réelle démarche
alternative; Sadie Benning, réalisatrice de plusieurs films du cinéma dit
expériemental, et Johanna Fatemen, editrice de plusieurs fanzines politiques
à New-York. Toutes trois ont un passé représentatif de la culture punk des
années 80 aux Etats-Unis et se rejoignent depuis peu dans Le Tigre.

Autre exemple: Ryan Moore (groupe Twilight Circus Dub Sound System), a un
passé pluri-instrumentaliste et plus de quinze ans de musiques de genres
différents derriere lui (en passant par l'indus, le rock, le dub, etc), il
produit depuis toujours lui seul tous ses disques et les distribue... à une
échelle très étendue.

L'exemple de ces deux groupes illustre tout à fait ce qu'on peut essayer de
montrer dans ce festival... tout d'abord qu'une alternative existe à tout
circuit marchand gargantuesque, et que l'élaboration de cette alternative
est à mettre directement en lien avec d'autres pour permettre la
construction d'un réseau viable. Nous souhaitons également montrer qu'il
peut ne pas exister de distinctions réelles entre le statut d'artiste, celui
de producteur, de distributeur....même si ces frontières paraissent très
communes et incontournables dans certains circuits aussi universels
semblent-ils être. 

Nous avons longtemps officié dans les sphères des musiques
expérimentales(organisation de concerts, festivals, tournées, émission
radio, etc.), mais finalement ce que l'on a toujours essayé de faire peut
s'appliquer évidemment à d'autres domaines, et surtout n'était pas sans lien
avec d'autres histoires, d'autres "luttes".

Nous citons souvent un fanzine francais comme "Octopus" auquel nous devons,
en quelque sorte, l'ouverture musicale que l'on a tenté de propager à notre
public. Nous pourrions également citer, à une échelle plus locale,
l'histoire de la "caravane des quartiers", un groupe de gens et de musiciens
(Mano Negra...) qui ont eu l'initiative d'organiser, il y une dizaine
d'années, des concerts gratuits dans les quartiers, et qui derrière ce
projet ont voulu montrer leur volonté de refuser la carte postale statique
qui souvent lie les quartiers, l'immigration, le chômage et la délinquance.
Ils ont ainsi soumis la proposition pragmatqiue d'une autre poltique pour
les "quartiers sensibles", "pour tisser à nouveau des liens de proximité et
valoriser les potentialités, pour peser afin que les voix des quartiers
soient écoutées et faire ainsi que les lieux d'exclusion deviennent espaces
de mélange, de confrontation et d'échanges, le lieu de tous les possibles".

Et la liste de tous ces gens, qui nous poussent aujourd'hui à expérimenter
ce genre de festival, est longue.

Il n'existe donc pas de frontières de sens à proprement parler entre
certaines investigations. Si aujourd'hui nous proposons une telle
"hybridation culturelle," entre informatique libre et musiques
expérmientales, c'est qu'à nos yeux il est absolument nécessaire d'ouvrir
son champ d'action et ses domaines d'acquistion de savoirs, en ce sens que
proner une alternative au monde du Spectacle n'est pas distinguable de la
révolution liée aux logicels libres (plus exactement à la philosophie du
Libre). Il s'agit, dans les deux cas, d'un combat encré depuis plusieurs
années, promouvant une liberté d'expression.

Il nous semblait donc très important, pendant le festival, de proposer un
espace de réflexion sur cette philosophie du Libre, en proposant à des
personnes directement impliquées comme toi ou Olivier Blondeau d'organiser
cet espace ;-). Si "hybridation" dans la programmation du festival Avatarium
il y a, il s'agit bien d'une pluricité de l'aspect, de la forme, au fond la
démarche est la même: l'élaboration de connexions entre îlots
d'expérimentations du Libre!!!

Comme dit Kathleen Hannah, de Bikini Kill: "Je suis intéressée par l'idée de
recycler des trucs, et de les commenter. Dans beaucoup de chansons de Bikini
Kill, je samplais des gens: j'ai pris des paroles de Whitney Houston et je
les ai chanté. En fin de compte, j'ai la chance d'apprendre. Et les choses
ont, en quelque sorte, juste... germées."

-- En dehors de l'organisation de concerts et de débats, Avataria c'est
aussi une action pour la mise en place d'un Internet culturel de proximité
dans la ville, avec en particulier un projet de "bornes interactives". Où en
êtes-vous de cette tentative de promouvoir un accès public?

€ Le bilan financier du premier festival Avatarium nous a un peu freiné pour
certains projets, notamment celui des bornes interactives. De plus, avec la
volonté d'essayer de "récupérer" ou de recycler au maximum le matériel, nous
rencontrons quelques problèmes techniques (fiabilité du sytème de
navigation...). Après avoir présenté un prototype lors du dernier festival,
nous avons du attendre le mois d'avril 2000 pour proposer le vernissage de
la première borne à laquelle étaient associées une dizaine de structures de
la région (labels, groupes locaux, radio associative locale, diverses
associations...). 

Notre objectif premier n'est pas d'être un "accès libre" et nous ne
souhaitons pas à court terme que les bornes soient connectées en permanence.
Nous souhaitons plutôt pouvoir regrouper les nombreuses structures locales
(culturelles et/ou sociales) qui investissent les nouveaux outils réseaux
multimédias pour développer leurs actions au quotidien et qui se retrouvent
perdues dans la "toile du réseau". De plus, un nombre croissant de moyens
s'offrent aux internautes pour surfer plus ou moins gratuitement
(cybercafés, bornes, wap, gratosurf.com, etc.). La problématique est donc de
moins en moins de permettre aux gens de se connecter mais plutôt de
découvrir qu'il existe un "Internet" différent de celui d'aol.com et de peut
être ainsi le faire entrer dans le réel comme un moyen de trouver une
information ou une solution de proximité à travers le travail de structures
investies dans leurs citées (tous les sites sur la borne sont également
présents sur internet).

-- Il y a une chose qui m'a particulièrement frappé lorsque je vous ait
rencontré l'an passé c'est l'histoire même d'Avataria. En fait, c'est le
passage de Mad's, une association disons centrée sur le "rock alternatif", à
aujourd'hui Avataria, une association où convergent les intérêts pour toute
forme de cultures digitale, dont la musique, Internet, etc. Particulièrement
étonnant comme parcours: non?

€ Fin 1980, la scène rock hexagonale représentait une réelle alternative.
Les groupes associations, labels, fanzines émergeaient un peu partout; un
véritable réseau se créait afin de faire vivre au quotidien une culture
pluri-ethnique, impliquée et authentique. C'était le rêve de Mad's
Collectif, dans une ville où il était très difficile d'organiser des
concerts et surtout de donner la parole à des groupes qui ne pouvaient
s'exprimer dans les médias dits "de masse".

Ce terrain a fait émerger localement un groupe d'individus qui s'est
organisé pour prendre lui même la parole et surtout la donner à d'autres.
Une des priorité de Mad's Collectif s'est révélée au fil des années comme
étant celle de ne jouer ni dans le "camp" des institutions, ni dans celui
des "anti-système", son travail s'étant toujours situé plutôt sur la
construction d'une réelle alternative dans un système existant. Alternative
se traduisant par une investigation d'une scène principalement rock,
s'étendant peu à peu à d'autres styles musicaux, en essayant de privilégier
l'éclectisme à la mode du moment.

Plusieurs expériences ont été montées sur les dernières années de Mad's
Collectif, profilant la naissance d'Avataria, et traduisant une envie
d'investir, par le biais de la musique, d'autres domaines et surtout
d'autres publics (par exemple, des repas végétariens ont été distribués aux
enfants dans les cantines scolaires, durant une semaine, à l'occasion d'un
festival mettant en avant la culture dub). A Mad's Collectif collait l'image
d'une association impliquée, comme tu le dis, dans "le rock alternatif", il
nous semblait important de casser un peu cette image et surtout de montrer
qu'au fait de faire découvrir certaines musiques/cultures correspondait
l'envie d'échanger. Nous avons toujours voulu nous positionner à
l'horizontal à la fois du public et des artistes accueillis, en respectant
les deux. 

Nous ne voulions pas vendre du spectacle mais souhaitions plutôt établir des
liens (artiste/artiste, public/artiste, public/public). Etant donné que nous
voulions construire un réseau d'échange pour une prise de conscience
collective, nous devions donc casser l'image de Mad's Collectif positionné
dans les sphères du domaine de la musique, car si prise de conscience il y
a, il est important de montrer qu'elle peut (doit) exister aussi partout
ailleurs. En rennaissant sous la peau d'Avataria, nous continuons donc ce
que nous avions entrepris, à savoir la construction d'une sorte de
plate-forme où chacun s'implique comme il le veut, et ayant pour vocation
d'apporter les bases pour une "constitution de savoirs" et l'établissement
d'alternatives, reliées entre elles, émergeant aussi bien dans le domaine de
l'informatique que dans celui de la musique.

Propos recueillis par Aris Papathéodorou fin octobre 2000.
Publié sur samizdat.net (http://www.samizdat.net/infos)

Références:
- Le Web de l'association Avataria
http://www.avataria.org
- Programme du Festival Avatarium
http://www.avataria.org/avatarium/som.htm
- Tony OldRat, Genèse des musiques électroniques.
http://www.avataria.org/free/tony.htm
- Mad's Collectif, le mémorial
http://www.madsco.asso.fr


    .
    .
    .
    . 

zeligConf
rencontre europeenne des contrecultures digitales
Paris 15-16-17 décembre 2000
http://www.samizdat.net/zelig

    .
    .
    .



_____________________________________________
#<nettime-fr {AT} ada.eu.org> est une liste francophone de politique,
 art et culture lies au Net; annonces et filtrage collectif de textes.
#Cette liste est moderee, pas d'utilisation commerciale sans permission.
#Archive: http://www.nettime.org contact: nettime {AT} bbs.thing.net
#Desabonnements http://ada.eu.org/cgi-bin/mailman/listinfo/nettime-fr
#Contact humain <nettime-fr-admin {AT} ada.eu.org>